Le photographe Michael Kenna fait don de toute son œuvre à la France

Scoop à Paris Photo 2022. C’est la ministre de la Culture qui l’a révélé en direct. Le photographe britannique de renommée internationale Michael Kenna fait don, par convention notariée signée le 10 novembre 2022, de l’intégralité de son œuvre photographique à l’État français. Elle sera conservée par la Médiathèque du patrimoine et de la photographie (MPP) au fort de Saint-Cyr à Montigny-le Bretonneux (Yvelines).

L’article complet sur le site du figaro ICI

Gerda Taro

Le texte est extrait de  » L’ombre d’une photographe » de F.Maspéro, Histoire de faire sortir de l’ombre cette photographe, compagne de Capa , morte à 26 ans pendant la guerre d’Espagne.
(Les deux images ne sont pas présentes dans le livre)

Gerda Taro, (Gerta Pohorylle 1910-1937) a vécu dans l’ombre de Robert Capa. Compagne du célèbre
photographe de guerre, Gerda, aussi photographe, a partagé durant 3 ans la vie et l’activité de Robert Capa.
C’est elle qui trouva le pseudonyme de Capa “ c’était plus vendeur”. Leurs premiers reportages communs
étaient signés Capa.

La nuit de la mémoire est plus terrible que la mort disait Homère. Gerda Taro devait sortir de l’ombre.
François Maspero la fait revivre dans son livre : L’ombre d’une photographe, Gerda Taro.

Dans l’extrait  qui suit il n’est pas question de faits historiques sur la guerre d’Espagne vécus par  Gerda
mais d’analyse d’image. J’ai pensé que ce regard de l’auteur sur ces deux images pouvait vous intéresser.


(….Il arrive que dans le cadrage commun de
Gerda et de Capa, nous ayons 2 prises de vue différentes, presque simultanées,d’un même sujet: un cliché 24×36 et un cliché 6×6 (…..).
On se souvient que Gerda travaille de préférence avec le Rolleiflex et Capa avec le Leica,
on peut attribuer la photo 6×6 à la première et la 24×36 au second.Le jury exigeant d’un de
ces concours d’amateurs où est primée avant tout la perfection technique retiendrait
probablement celle de Gerda: le cadrage, plus large, plus aéré, donne davantage de relief
aux personnages, la lumière est plus contrastée, on voit les arbres du jardin, la main libre de
l’homme joue le rôle de l’élémentaire et obligatoire premier plan. Celle de Capa, plus serrée,
manque de relief, le cadrage est désinvolte là où, chez sa compagne de travail, il trahit
l’application. Gerda s’est planté bien en face, elle s’est focalisée sur la scène au point de
l’isoler au centre du décor. Capa l’a prise d’un peu plus haut et le résultat est que l’on devine,
coupé, un autre personnage assis, et, derrière, les pieds d’un promeneur qui ne devraient
pas être là sauf pour montrer que non seulement le photographe se fiche éperdument de ce
genre de détails perturbateurs mais qu’au contraire, ils sont pour lui bienvenus. Si bien que
l’on trouve, dans le peu d’espace qui reste ménagé, une vie qui n’existe pas sur le cliché de
Gerda,une vie animée encore par des taches de lumière éparses qui évoquent le soleil jouant
sur le sol, invisibles chez elle.Laquelle de ces 2 photos est la “meilleure”? La diffèrence de
maniement des appareils, plus immédiate et spontanée avec le Leica placé directement
contre l’oeuil, plus lente et réfléchie avec le rolleiflex à hauteur de la poitrine, empêche de
conclure à une différence de nature dans la conception même du travail.Tout juste peut-on
penser, que Gerda, qui est encore à ses débuts, vise à plus de perfection dans l’art de faire
une “belle” photo et qu’elle est plus attachée aux conventions qui sont censées régir la dite
beauté*…)
*Bien entendu,cette brillante analyse tombe d’elle-même au cas où nous serions devant l’hypothèse inverse:
ce serait Gerda qui aurait utilisé le Leica, et Capa le Rollei.Il suffirait d’inverser le commentaire.
Démonstration, en somme, qu’en matière de commentaire et de critique photographiques on peut finalement
dire n’importe quoi…et retomber sur ses pieds.
Textes extraits du livre de François Maspéro: L’ombre d’une photographe,Gerda Taro

Gloomy: Promos et vernissages

Affiche Gloomy

Depuis de nombreuses années, Laurence (de Gloomy Art) accompagne le club photo dans ses besoins de tirages de qualité, et nous prête régulièrement ses murs pour nous permettre d’accrocher quelques unes de nos « œuvres » (voir notre exposition du mois de Mars).
Compte tenu de cette longue histoire qui nous lie, c’est donc avec plaisir que je relaie cette information transmise par Laurence.

Il y a 7ans Gloomy Art ouvrait ses portes, à cette occasion la #teamgloomy vous propose des offres plus que sympa sur vos projets numériques 😊 A partir de maintenant, tout de suite, illico presto jusqu’au 20 Juin. Ne soyez pas timide et venez en profiter, Bastien se fera un plaisir de s’occuper de vos projets 😁 (Oui oui j’exploite toujours autant mes stagiaires 

Exposition du mois de Mai
L’Atelier photo d’Auriol ALCAA vous invite à découvrir « Perception Noir & Blanc » du 3 au 27 mai 2022. Vernissage le vendredi 6 Mai à partir de 18h30

Exposition Aix en provence

Je pense à nos amis argentiques, il y a en ce moment une exposition à la fontaine obscure à Aix en provence d’une jeune photographe Emma Louise Prin qui fait des Stenopés

Fontaine Obscure
espace photographique
24 avenue Henri Poncet
13090 AIX EN PROVENCE
du 05 avril 2022 jusqu’au 14 mai 2022
ouverture du mardi au vendredi de 14 h à 18 h
samedi 10 h à 12 hhttps://www.emmalouiseprin.com/

Le photographe JR déploie une fresque à Lviv en soutien au peuple ukrainien

Michel nous avait présenté au cours de l’année le travail de ce photographe français œuvrant dans le monde entier afin de soutenir des actions en faveur des défavorisés ou « exclus » de la société.

Ses images mettent en scène, à des formats souvent gigantesques, les habitants de ces lieux

Pour le journal Times, il a déployé une fresque à Lviv en soutien au peuple ukrainien.

Vous pouvez trouver la vidéo présentant cette opération ici

Le photo-club La Gagarde-Marseille expose!

Une information que j’avais dans ma boite aux lettres depuis un petit moment (désolé 🙂
De belles découvertes dans cette exposition virtuelle.

Emotions libres

Le photo-club La Garde-Marseille inaugure sa 1ère exposition virtuelle.                         19 auteurs présentent 120 photos.
Nous vous invitons à une promenade virtuelle dans un univers éclectique où chacun a laissé libre cours à son inspiration.

Le lien pour accéder à l’expo :
https://www.emaze.com/@AOTIFZRIR/le-photo-club-la-garde-marseille-expose

(Pour accéder à l’expo, fermer le panneau « sign up for free »avec la croix en haut à droite)
Nous vous souhaitons une bonne visite

Photo-club La Garde-Marseille