Tous les articles de la section Sorties à thème

Sortie Marseille 14-01-22  Musée d’histoire  / la Major

Jusqu’au dernier moment, le nombre de participants est resté une énigme, les « effets covid » entraînant des désistements successifs ; mais 31 « Braves » se sont retrouvés dans ce magnifique musée, entièrement rénové, où ils ont pu apprécier outre les superbes collections couvrant l’histoire de Marseille de ses origines aux années 1950, la science historique des guides nous servant de cicérones.

De la corne du port (le port antique de Phocée) au pont transbordeur, maints détails méconnus ont été mis en valeur- et en particulier, les résultats des fouilles les plus actuelles (moins de 10 ans) pratiquées dans différents quartiers de la ville lors d’aménagements récents.

Après un repas pris sur une terrasse du port, permettant d’apprécier le soleil, le paysage, la douceur de l’instant… et la bonne chère, nous sommes partis, à pied, vers la cathédrale, qui a dévoilé ses curiosités architecturales et décoratives, ainsi que toute la majesté de ses amples proportions et de son implantation, face à la mer… et au monde (comme l’ont voulu les décideurs marseillais du second empire triomphant).

« Une après- midi au musée : Voyage à Venise » – Hôtel de Caumont

Le 17 décembre 2021

Devenue presque traditionnelle, cette « après – midi » remporte toujours un franc succès : le cadre de Caumont étant particulièrement agréable et « cosy »pour une petite sortie en décembre.

La collection Giogio Cini sortant pour la première fois de Venise, nous avons pu admirer 70 peintures, sculptures, dessins, objets précieux appartenant à l’un des plus prestigieux ensembles d’art italien, du XIV° au XVIII°s.  essentiellement, avec quelques « incursions » dans l’art contemporain, réunis par l’entrepreneur et collectionneur Vittorio Cini (1885- 1977).

Ici encore, tout l’intérêt de la sortie résidait dans les  commentaires éclairés d’une conférencière qui a permis à chacun de mieux comprendre et appréhender peintures et objets.

La « pause gourmande » au salon de thé a permis d’échanger, de se retrouver et d’oublier quelque peu les contraintes du temps.

Sortie La CELLE – TOURVES

Le 15 octobre 2021
(40 participants)

Pour cette sortie d’octobre, nous avons sélectionné 2 lieux très différents, pour satisfaire toutes les curiosités.

-Le matin :

visite de l’abbaye de La Celle, monastère bénédictin, emblématique de l’art roman provençal du XIII°s.

Site occupé depuis l’âge du fer, le premier monastère fut construit au XII°s., sous l’égide se St Victor de Marseille. Fin XII°/ début XIII°s., le monastère est entièrement reconstruit : c’est celui qui se visite aujourd’hui. Une passionnante visite guidée (faite exceptionnellement pour notre groupe) nous a permis de découvrir les différentes parties du monastère (préau, cellier, parloir, chauffoir, salle capitulaire, dortoirs, cuisine etc…) ; nous avons pu bénéficier également d’une superbe exposition sur les villas romaines du Var.

l’après –midi :

changement complet de décor et d’atmosphère, avec la visite du musée des Gueules Rouges de Tourves, qui retrace, le long d’un parcours ludique et interactif, l’histoire de l’exploitation minière de la bauxite dans le Var, mais aussi les techniques de transformation du minerai et ses utilisations contemporaines.

Autre temps fort de la journée : la 2° partie de la visite était un parcours dans la galerie de mine reconstituée par d’anciens mineurs (qui n’ont pas voulu que le temps efface le souvenir de cette activité majeure de la région, qui a cessé définitivement en décembre 1989).

Sortie SALAGON

24 septembre 2021

Malgré les contraintes sanitaires toujours présentes, les sorties à thème ont repris en ce début d’année d’activités… ;

Labellisé « jardin remarquable », Salagon est un lieu unique situé à Mane, au cœur de la Haute Provence, composé d’un prieuré (monument historique) et de 6 Ha de jardins, c’est un lieu d’histoire, de culture et de savoirs.

Occupé depuis plus de 2 000 ans, ce site a vu successivement un habitat gaulois, une villa gallo- romaine, puis, lors de la christianisation de la Provence, la construction d’un prieuré bénédictin, agrandi par la suite d’un logis Renaissance.

Autour du monument, les jardins offrent une promenade qui marie plaisir et savoirs.

Lieu de science, il invite à découvrir l’ethnobotanique qui raconte les liens tissés entre les sociétés et les plantes à travers l’ histoire et les civilisations, en parcourant successivement le jardin des senteurs, le jardin médiéval, le jardin de la noria, celui des temps modernes et celui des simples et des plantes villageoises.

Les 40 personnes qui ont pu participer à cette journée riche en découvertes ont d’abord participé, le matin, à deux ateliers : atelier « apéritif médiéval » (à déguster ensuite),ou atelier « eaux florales » (fabrication d’hydrolats).

 Après un repas apprécié à Forcalquier (à l’Aïgo blanco), les 2 conférencières animatrices, herboristes passionnées, ont fait découvrir les jardins et conté toutes les vertus, utilisations (et parfois dangers)des simples, plantes potagères, locales, exotiques…

Après cette explosion de parfums, de goûts, de couleurs, beaucoup ont juré de revenir au printemps pour voir les jardins dans une autre saison…

Mini croisière sur les canaux Grau- du –Roi / Aigues – Mortes

Malgré toutes  les vicissitudes  de cette année, nous avons pu organiser cette journée qui s’est révélée un succès, tant pour le nombre des participants (51), que par le plaisir partagé de se retrouver, échanger, apprécier les paysages de Camargue puis les remparts et la ville d’Aigues- Mortes.

Le temps, agréable, a été aussi une belle surprise, pour débuter les festivités du cinquantenaire de l’ADSB.

Sortie « spécial cinquantenaire » : Albi- Gaillac (27-28 janvier 2020)

Dans le cadre de nos sorties « spéciales », 47 personnes sont parties de très bon matin (6h30) en autocar, direction Albi.

Une fois sur place, un déjeuner nous attendait, avec une petite surprise à la fin pour deux de nos participants, qui fêtaient leurs anniversaires : un gros gâteau avec bougies… l’étonnement était total et leur bonheur aussi.

Nous sommes ensuite partis à la découverte du vieil Albi et de sa cathédrale, sous la conduite d’un guide passionné et passionnant.

Une ondée en fin d’après- midi nous a poussé vers l’hôtel, mais pour peu de temps, car nous repartions à 20h en direction du festival des lanternes à Gaillac : un feu d’artifice de couleurs, une débauche de lumières, des décors magiques, de la grande muraille aux dinosaures, en passant par un bouddha géant et des dragons multicolores : une féerie d’enfance.

Retour à l’hôtel à minuit, pour un repos bien mérité.

Mardi matin, deux groupes étaient formés pour poursuivre la visite d’Albi, chacun selon son rythme ; circuits plus ou moins longs, mais toutes les découvertes étaient intéressantes, qu’elles fussent architecturales ou alimentaires : des provisions de gourmandises ont été faites au « marché couvert ».

A midi, tout le monde s’est retrouvé pour un repas de spécialités locales (très appréciées !…) avant de devoir rejoindre le bus nous ramenant à Bouc.

Deux journées bien remplies qui ont satisfait tous les participants.

Retour sur la sortie à La Ciotat

Vendredi 17 janvier, 7h20 : 46 personnes montent dans un bus, direction La Ciotat, pour une journée de découvertes des chantiers navals et du musée ciotaden.

Optimistes malgré une météo très peu favorable, nous débutons la journée par le café/croissant traditionnel, avant d’écouter une remarquable conférence sur l’histoire des chantiers, illustrée de photos/ graphiques/ films et animée par 2 conférenciers (Alba pour la partie historique, et Gaston, un ancien des chantiers, pour la partie technique) passionnants.

Vers 10h30, nous montons dans le bus qui nous permet d’accéder aux chantiers, pour mesurer – de visu- la complexité, le gigantisme du matériel (grues, ponts roulants, bassins et cales sèches, rampe de lancement…)) et aussi de contempler les yachts de luxe (certains faisant dans la démesure) qui sont à l’entretien (l’hiver étant la saison « creuse » pour la navigation de ces luxueuses machines).

Évidemment, nous n’échappons pas à la pluie, et c’est sous une forêt de parapluies que Gaston nous donne toutes les explications nécessaires, mais cela n’entame pas le moral de la troupe !

Vers 12h15, nous nous retrouvons au restaurant « au Chantier », excellente adresse, tant pour sa situation (nous avons la rade et les chantiers face à nous) que par la qualité de sa cuisine.

La pluie ayant eu la bonne idée de s’arrêter, nous avons pu rejoindre, sans nous presser, le musée ciotaden, de l’autre côté du port : petite promenade digestive avant de découvrir l’histoire de La Ciotat, exposée en différentes salles et une multitude d’objets, qui ont rappelé des bribes d’enfance à nombre d’entre nous.

Belle découverte, là aussi, que ce musée, tenu par des bénévoles passionnés et pleins d’anecdotes à nous conter.

Retour sans problème à la Salle, sinon qu’un déluge nous a accueillis : trempés, mais contents de notre journée !

Les estampes japonaises à l’Hôtel de Caumont

Sortie du 13 décembre 2019.

41 personnes s’étaient données rendez- vous pour « un après- midi au Musée »
Dans l’écrin prestigieux de Caumont, une superbe exposition, consacrée aux maîtres japonais de l’estampe : Hokusai, Utamaro, Hiroshige, nous a permis de découvrir/ approfondir et admirer une collection remarquable (celle de Georges Leskowicz).
Nos guides nous ont charmés et enrichis de leurs connaissances et de leurs explications au sujet d’un art souvent méconnu des occidentaux (que ce soit les techniques ou les thématiques).

  • Les estampes Ukiyo-e (« images du monde flottant » désignant un art de vivre, reflet des plaisirs populaires, de l’ère EDO), qui se caractérisent par une variété technique et iconographique fascinante, mais qui traduisent également une culture totalement fermée à toute influence étrangère.
  • Les Surimono : estampes rares, raffinées, réalisées sur des papiers de luxe à l’aide de techniques sophistiquées, tirées en un petit nombre d’exemplaires, pour des cercles restreints d’intellectuels et érudits.
  • Des objets d’artisanat de l’époque EDO (chapeaux de courtisanes, obi, kimono d’apparat, casques et armures spectaculaires, photos…).

Une exposition qui permet d’approcher la culture raffinée, « exotique », un brin mystérieuse du Japon du XIX° siècle.
Après cette plongée dans la civilisation du Pays du Soleil Levant, nous nous sommes retrouvés pour échanger nos impressions, au salon de thé de l’hôtel de Caumont – là encore, tout étant « luxe, calme et volupté » – pour achever l’après- midi de la plus belle (et gourmande) manière.

Sortie « Saint Victor » du 15 novembre 2019

Cette sortie, un peu exceptionnelle dans son organisation, marque le début de la célébration du 50° anniversaire de l’association.
Beaucoup de chance, côté météo, après les pluies diluviennes de la veille, nous avons bénéficié d’un grand soleil, qui a magnifié le cadre marseillais de cette balade.
Pour plus de confort, étant donné le grand nombre de participants (45), nous avons fait 3 groupes de visites pour les rendez- vous du matin : les santons Carbonel / le Four des navettes / la savonnerie St Victor : (re) découverte d’artisans d’exception, d’un savoir -faire typiquement marseillais, et plaisir de petits achats, en cette période se rapprochant de Noël.
Nous nous sommes ensuite rendus, à pied, jusqu’au fort Ganteaume : un lieu splendide, peu connu (car militaire), qui a permis à nos adhérents de découvrir un panorama rare sur le Lacydon, le fort St Jean : Marseille dans sa majesté ensoleillée.
Apéritif sur la terrasse et succulent déjeuner ont satisfait tout le monde…
A 14h30, retour vers St Victor, pour une visite guidée des lieux, faite par Pierre Guelfi (merci, Pierre !)
Beaucoup ont découvert les splendeurs de la crypte et de la basilique supérieure.
Nous avions concocté une surprise particulière pour finir cette journée : Patrick Geel, organiste de St Victor, nous a fait découvrir les secrets de l’orgue : sa mécanique, son fonctionnement et surtout sa musicalité, et nous a « régalé » d’un concert privé.
Un très grand merci à ce professionnel capable de rendre accessible le plus complexe et de nous avoir offert, bénévolement, de son temps et de son talent.
B.R.

La « Balade provençale » du 20 septembre 2019

La balade a rencontré un franc succès avec 40 inscrits et un très beau temps au rendez- vous.
Arrivés vers 9h45 au pied de la colline de St Roman, nous avons pu,
confortablement installés, faire notre pause-café revigorante.
Après avoir fait l’ascension des 800m (la piste, bien aménagée, est assez raide) nous séparant de l’abbaye, nous avons rencontré notre guide, Cédric ,et commencé la visite, fort instructive, de cette curiosité régionale : un énorme bloc rocheux creusé comme du gruyère, cache cet ensemble troglodytique (une église, des salles aux fonctions mal définies, des cellules de moines, des réserves (de grains, de denrées, mais aussi des tombes, dans la partie supérieure , creusées dans la roche (semblables à celles que l »on peut voir à
Montmajour ou Fos le Vieux).
Sur ce premier ensemble, datant probablement du V°/VI° siècle, des seigneurs du Moyen- Age ont construit un château fort, dont il reste quelques murs, et pour le rendre imprenable, ont fait « scier » le rocher pour faire des parois verticales (ce qui permet de voir, de l’extérieur, des demi alvéoles de cellules..), et fait aménager un fossé encerclant le château.
La fin de l’histoire est moins glorieuse, tout cela servant de « carrière » au XIX° et XX° siècle, ce qui explique le démantèlement du bâti.
Ajoutez à cette histoire étrange un paysage à couper le souffle (la vallée du Rhône se dévoilant largement, la confluence du Gardon, et les montagnes en écrin), vous comprendrez que nous avons passé une matinée très agréable.
Le déjeuner a été pris dans un restaurant tout proche (« la Pause » du golf de st Roman), à l’ombre des chênes verts, dans un site au calme reposant ; excellent déjeuner, servi avec le sourire.

L’après- midi a été consacrée aux Carrières de lumière des Baux (Van Gogh et la nuit étoilée). Là encore, nous n’avons pas été déçus, le spectacle, composé de certaines des plus célèbres toiles de Van Gogh est magnifique, mais la surprise vient de la 2° partie : le « Japon rêvé », avec quelques éblouissantes images de ces peintures et estampes exotiques…..
A la prochaine fois !