Tous les articles par adsb@admin

Exposition anniversaire de l’ADSB

Après un an et demi de report lié aux problèmes du covid, nous pouvons
enfin mettre en place notre exposition du Cinquantenaire, qui devient
« Rétrospectives, 50 +1 »

Elle retrace l’histoire de l’ADSB depuis ses origines, ses combats, ses
activités, ses évolutions.

Elle montre également l’évolution du quartier de la Salle et plus
largement du sud de Bouc, à partir de photographies et de plans.

Nous attendons votre visite.

Affiche expo 50+1
Exposition au château de Bouc Bel Air du vendredi 10 au dimanche 12 septembre

La saison 2021-2022

En guise d’éditorial……. Saison 2021/ 22

Deuxième « rentrée covid » : contraintes – réglementations – contrôles…

Doit- on pour autant cesser d’agir ? Les associations doivent- elles se mettre en sommeil ? en hibernation ? dans l’attente de jours meilleurs.

Ce n’est pas la philosophie de l’ADSB : après avoir passé un an à maintenir un lien avec ses adhérents, à aménager des cours en visio – conférences, en réorganisant les randonnées, il est temps de redémarrer nos  activités de façon plus « classique », » normale », dans les salles, sans « jauge ».

Mais avec une contrainte nouvelle, obligatoire, incontournable (cf. loi du 5 août 2021 relative à la gestion de la crise sanitaire) : le contrôle anti-covid (contrôle du QR code si vous êtes vaccinés, soit d’un test négatif –attention : validité : 72 heures).

Cette mesure nous est imposée par l’Etat et ne peut se discuter. (Conséquence immédiate d’un refus de notre part : fermeture des salles et fin de nos activités).

Au-delà de ces contraintes matérielles, l’année qui débute le fait sous les meilleurs auspices : deux expositions ouvrent la saison au château :

  • Les 3/ 4/ 5/ 6 septembre, Marielle Renucci et tout le groupe Généalogie exposent leurs recherches de l’année sur le thème « Destins » : n’hésitez pas à aller à leur rencontre, à discuter de leurs travaux, de leurs méthodes…et pourquoi pas à les rejoindre dans leur passion.
  • Les 10/ 11/ 12 septembre, c’est l’ADSB toute entière qui s’expose pour célébrer – avec un an de retard- son Cinquantenaire : il s’agit donc de « Rétrospective, 50 + 1 : l’histoire de l’association depuis les origines, ses combats, son évolution, mais aussi celle du quartier de la Salle, du sud de Bouc, depuis les débuts de l’urbanisation de ce territoire.
    L’exposition se poursuivra durant les journées du patrimoine, les 18 et 19 septembre.
  • Le samedi 11 septembre aura lieu le rallye pédestre découverte (prévu l’année dernière), sous la houlette de nos bénévoles de la Randonnée, il s’achèvera au château par un buffet campagnard (inscription indispensable, 8€ / personne pour le buffet).
    Toutes les précisions vous seront données rapidement par un message dédié.
    Contrôle anti- covid obligatoire pour l’accès au château, expos et buffet.
  • La première sortie de l’année aura lieu le vendredi 24 septembre : les informations vous seront données rapidement, mais là encore, toutes les contraintes actuelles ont retardé l’organisation de cette journée

Enfin, il n’y aura pas de publication du journal en septembre : le dernier ayant été publié tardivement (en mai), et les activités ayant été ralenties tout au long de l’année 2020 / 21, nous avons pris la décision d’attendre février/mars 2022 pour la prochaine publication.

Si vous n’avez pas reçu le numéro de mai 2021, vous pourrez vous le procurer lors du forum, des exemplaires seront à votre disposition (de même que ceux de septembre 2020, n° dédié au Cinquantenaire que certains d’entre vous ont réclamé)

Nous espérons que vous serez fidèles au rendez- vous de votre association : vous pouvez nous retrouver, soit lors du Forum (4 septembre à partir de 15h) soit le samedi 18 septembre ( langues) et 11/ 18/ 25 septembre ( randonnée) pour les inscriptions aux différentes activités à la salle Debard.

Je vous souhaite à toutes et tous une très bonne année associative, avec beaucoup de plaisir à partager dans nos activités, de découvertes et d’amitié

               Béatrix Recorbet, Présidente

Cimenterie ou incinérateur

Cimenterie de La Malle : découvrez l’article sur cette industrie implantée au sud de Bouc Bel Air.

Pour l’ouvrir en grand format, cliquez sur la croix avec les flèches, en bas du document.
Vous avez également la possibilité de le télécharger.

Journal de mai 2021

Consultez le journal ci-dessous.
Pour l’ouvrir en grand format, cliquez sur la croix avec les flèches, en bas du document.
Vous avez également la possibilité de le télécharger.

Une fleur, son histoire dans l’Histoire : Le chrysanthème

D’abord connaissez-vous la différence entre le marronnier et le chrysanthème ?

Réponse : il n’y en a pas !

Pour comprendre ; un peu d’Histoire ;

Les premiers chrysanthèmes ou fleur d’or (chrysos = jaune et anthos = fleur) sont originaires d’Asie et cultivés depuis plus de 2000 ans…

En Chine, ce chrysanthème originel, aux fleurs jaunes est le symbole de joie, gaieté, éternité et fut travaillé à la manière des bonzais. Depuis que le poète Tao Yuan Ming (372-427) préféra sa culture aux honneurs, le chrysanthème symbolise le renoncement au monde matériel au profit d’une vie plus simple et plus profonde.



Sceau impérial à 16 pétales doubles

La plante est introduite en l’an 836 au Japon où il devient l’emblème de la famille impériale. Il se dit que la fleur est si belle qu’elle apporte la paix et renforce l’âme, qu’il suffit de la contempler pour être heureux et donc vivre plus longtemps ! Un ordre du chrysanthème a été créé pour les distinctions de très haut rang. 

C’est vers 1770 que le chrysanthème fut introduit en France mais boudé par les jardiniers et les horticulteurs.

Le 10 aout 1792, une foule en colère envahit le château des Tuileries où se trouve Louis XVI. Des gardes suisses protégeant la famille royale furent tués et enterrés rapidement sous un marronnier du jardin.

Plus tard, lorsque les vétérans de la grande armée de Napoléon décideront, une fois par an, de rendre hommage aux gardes suisses, ce sera naturellement au pied de l’arbre. A la date du 20 mars, chaque année, les journalistes présents auront un article prêt à écrire : le marronnier des Tuileries (d’où le nom de « marronnier » employé, depuis, par les journalistes pour articles ou reportage d’information de faible importance en une période creuse). Et pour chaque 1er novembre, il est impossible de ne pas parler de la plante symbole de la Toussaint ; le chrysanthème est donc un marronnier !

Au lendemain de la guerre de 14/18, le Président de la République Raymond Poincaré, ordonne de fleurir tous les monuments érigés à la mémoire des soldats tués sur le front ; il faut trouver une plante capable d’être cultivée en pot, assez volumineuse, au maximum de sa floraison et résistante au gel : aucune, excepté le chrysanthème. Surnommé « la fleur des tombes », le chrysanthème endossa une triste réputation, et c’est injuste !

Pourquoi enfermer, ranger le vivant dans des cages ou des cases ? 

Cette fleur superbe mérite bien un hommage de quelques lignes.

En France il apparait dans les vitrines des fleuristes au XIX siècle. A la suite d’un très important travail d’hybridation des Européens, plus de 9 000 cultivars de chrysanthèmes étaient déjà répertoriés en 1896.  Aujourd’hui, on en connaît plus de 20 000 !  Au moment de la Toussaint, 26 millions de pots de chrysanthèmes sont mis sur le marché. Les fleurs sont produites, dans l’ordre, par la région parisienne, la Provence, le Nord, etc…

 Aujourd’hui, il est, bien avant la rose, la fleur coupée la plus vendue au monde. Son commerce tient dans la vie économique de notre pays une place estimable.  

C’est au VIIème siècle que d’autres couleurs furent créées. Aujourd’hui, les chrysanthèmes mis en valeur par les fleuristes existent dans une infinie variété de formes et de couleurs somptueuses, magnifient les parcs et ensoleillent les jardins dans la douceur automnale.

Et pour les poètes et amoureux de tous âges ; dans le langage des fleurs, un bouquet de chrysanthème rouge signifie un amour absolu.

Marcel Proust, amoureux célèbre, écrivain brillant, apprécie les jardins poétiques de ses amis, les chrysanthèmes étaient une de ses fleurs préférées : « Ils avaient le grand mérite de ne pas ressembler à des fleurs mais d’être en soie, en satin. » Dans son roman de 7 tomes « A la recherche du temps perdu », on peut dénombrer jusqu’à six cent noms de fleurs.

« Ces chrysanthèmes m’invitaient, malgré ma tristesse, à goûter avidement pendant cette heure du thé les plaisirs si courts de novembre dont ils faisaient flamboyer la splendeur intime et mystérieuse. »

   Le chrysanthème entra en politique sous la IVème République, pendant laquelle « le président disposait de pouvoirs surtout honorifiques, sans toutefois disposer d’un pouvoir réel pour modifier le cours des choses. (…) alors que Pierre Mendès France mettait fin à notre guerre d’Indochine ou donnait l’indépendance à la Tunisie, l’excellent René Coty baisait la main de la reine d’Angleterre ou accueillait dans son palais les forts des Halles et les catherinettes. » 

Le général de Gaulle utilisera l’expression « inaugurer les chrysanthèmes » lors d’une de ses conférences de presse, à l’Elysée, dans l’une de ses fameuses « petites phrases » : « Qui a jamais cru que le général de Gaulle étant appelé à la barre devrait se contenter d’inaugurer les chrysanthèmes ? »

Donc, même sous forme de boutade, le chrysanthème rentrait dans l’Histoire en ce 09 septembre 1965 et c’est justice car sa beauté est somptueuse !

Ce serait un comble pour une fleur qui exprime le souvenir d’ignorer son histoire et sa place importante dans l’Histoire !

 En conclusion, savourons ce délicieux haiku de la poétesse japonaise Hisajo SUGITA (1890-1946).

Les pétales de chrysanthème
Se cambrent dans leur blancheur
Au-dessous de la lune

Se cambrent dans leur blancheur

                                                                 B.Thumerelle

Sources : Sites internet et France Inter (Alain Baraton, jardinier de Versailles)

Photos : B.Thumerelle

Une amie nous a quittés

Jocelyne n’est plus….

Elle a été, durant de très longues années, un pilier essentiel de notre association. Adhérente dès les années 1970, présidente de l’ADS ( qui devient ADSB en 2001) de 1988 à 1997, membre du CA jusqu’à l’année dernière, elle n’a cessé de mettre ses compétences, ses talents, sa gentillesse au service de l’association.

C’est elle qui a créé les cours de langue: d’anglais dès 1994, puis, plus tard, d’espagnol et d’italien. Elle a donné un élan particulier aux sorties culturelles (musée, théâtre, opéra..) , aux fêtes de toutes sortes…

Connaissant parfaitement le quartier, le domaine de la Salle, elle s’est faite le porte- voix des habitants lorsque c’était nécessaire; son énergie, sa fermeté était légendaire au sein du CA.

Nous ne l’oublierons pas.

Jocelyne Maugein 1936 – 2020

50 ans de l’ADSB reportés

Les décisions prises par le préfet des Bouches du Rhône le 14/09 empêchent les activités prévues les 18-19-20 septembre prochain; en effet :

  • Repas du samedi : orchestre interdit, participants tenus de rester « figés » (+ distance de 1m entre chaque participant) = annulation.
  • Rallye pédestre du dimanche : purement et simplement interdit par les autorités administratives.
  • Annulation des journées du patrimoine : Notre exposition se tenant dans ce cadre, ne pouvait avoir lieu; son vernissage n’était plus possible dans des conditions normales (interdiction de servir une boisson à des gens debout).

Ne voulant pas dénaturer notre fête (au vu de tout le travail fourni par tous les bénévoles qui se sont investis dans ce projet), nous avons été contraints d’annuler l’ensemble des actions, en attendant de pouvoir les re- programmer dans des temps meilleurs.

Nous comptons sur votre compréhension.

Nous contacterons personnellement tous ceux et celles qui avaient déposé des chèques de participation pour leur restitution.

Nota : l’exposition de généalogie va investir le château durant ces 3 jours: si les vieux métiers vous intéressent : allez voir nos généalogistes; si vous avez des questions à leur poser, venez avec vos documents, ils seront ravis de vous aider….

5 septembre 2020 : Forum des associations

Le forum s’est tenu dans des conditions très particulières liées au covid 19…

Malgré le très beau temps, la fréquentation a été moindre que les années précédentes, mais malgré tout, de nombreux fidèles de l’ADSB étaient là, ainsi que de nouveaux adhérents, ce qui nous permet d’envisager une belle année 2020 / 21.