Tous les articles par Josiane Vivent

St Cyr- Port d’Alon

Vingt-sept randonneurs sont partis du port de la Madrague et sont arrivés au port d’Alon en empruntant le chemin des douaniers puis sont retournés par le sentier des vignes et la montagne de sable, enchantés par ce magnifique circuit sous un soleil radieux.

SeptÈmes- Freyguière

Accompagnés d’un beau soleil, quarante-six randonneurs se sont retrouvés pour une agréable randonnée dans la partie Nord-Ouest du massif de l’Étoile. Ils ont suivi le Vallon de Freyguière qui propose une ascension vers le pic de l’Étoile. Ils ont pu apercevoir le troupeau de chèvres.

A l’arrivée une surprise : une médaille remise aux vétérans de la randonnée.

Notre présidente a déclaré :

« Le club randonnée de   l’ADSB fait partie des activités « historiques  » de l’association ; dès les années 1970, des sorties étaient organisées, mais c’est dans les années 1990 que l’activité s’est structurée, affiliée à la FFR et dotées d’encadrants brevetés.

Aussi pour célébrer notre cinquantenaire, nous avons décidé d’honorer quatre de nos plus anciens randonneurs (Huguette, Andrée, Jean-Pierre,Jean) ,en leur remettant une médaille de « vétéran », à l’issue de cette sortie . »

La surprise a été totale et le plaisir, partagé par tous, bien réel.

Puis le traditionnel  goûter -crêpes a clôturé cette demi-journée, crêpes préparées par les animateurs et des bénévoles, garnies de confitures » maison « et accompagnées de cidre (avec modération bien sûr).

Simiane

Les vingt-six participants sont partis des Marres pour arriver sous le Pilon du Roi, culminant à 710 mètres sur la chaîne de l’Étoile.

La randonnée a offert des vues imprenables sur tout le Pays d’Aix malgré le temps couvert mais doux pour la saison.

Vallon de la FiguiÈre

Vingt randonneurs ont participé à cette belle randonnée dans le Massif de l’Étoile.

Une montée un peu sportive mais quelle récompense à l’arrivée!! Une vue imprenable sur la montagne Sainte victoire, le Ventoux, les Alpes et en même temps sur Marseille et la Méditerranée.

Ce panorama à 360 ° valait bien quelques efforts ont reconnu les participants enchantés!!

PARC DE FIGUEROLLES

Un temps couvert mais doux, sans vent, pour cette première randonnée hivernale.

Les vingt-six participants ont suivi le sentier de découverte des rives de l’étang de Berre avec vues sur l’étang, Saint Chamas et les montagnes environnantes.

Une randonnée facile, agréable, bien choisie par nos animateurs et bienvenue après les excès des fêtes de fin d’année.

LES LAVOIRS EN PROVENCE

Le 23 novembre 2019, une cinquantaine de personnes se sont retrouvées autour des lavoirs, en Provençal : Lavadou ou lavandou.

Dominique Berthout, archéologue, spécialiste du patrimoine en Provence, écrivain, auteur de plusieurs ouvrages consacrés au patrimoine local, nous a fait cheminer dans le temps.

Le lavage du linge était une activité importante et compliquée. Les femmes qui n’avaient pas accès aux puits, aux lavoirs et aux fontaines, lessivaient à genoux sur une pierre ou une planche inclinée, au bord d’une source, d’un cours d’eau ou d’un étang. Un long trajet de retour avec le linge mouillé, pesant suivait souvent ce labeur ingrat.

Soucieux de l’hygiène publique, Napoléon III favorisa l’édification de lavoirs (loi impériale de 1851). Un prêt du Pari Mutuel, couvrait jusqu’à 75% du prix des travaux si le maire respectait certains points suivants :

-rapprocher le site des usagères                                                                                                                                                     -fixer une hauteur des bacs permettant le lavage debout                 -isoler le lieu du soleil et des intempéries par un toit                     -placer des égouttoirs pour alléger la charge au retour                                -scinder le bassin, l’eau devant couler du plus propre vers le plus sale pour limiter les épidémies : fontaine- »   bac de rinçage- » bac de lavage.

Le lavoir s’avérant un bâtiment public incontournable, les constructions prospérèrent.

Les hommes se voyaient à la chasse, au café, ou au travail. Les femmes cantonnées dans la garde des enfants et des tâches ménagères sortaient peu sauf pour fréquenter l’église. Le lavoir était pour elles un lieu convivial que les maris évitaient. Il était le lieu où pour quelques heures, la femme gagnait son indépendance, face au pouvoir masculin et pouvait, enfin, librement s’exprimer. Mais le lavoir était aussi le lieu de l’effort, celui que les femmes devaient fournir : d’abord, trempé dans l’eau, le linge était ensuite frotté au « savon de Marseille », longtemps réputé être le meilleur détergent du monde, puis il était frappé rudement au battoir pour en évacuer la crasse et le savon. Ce processus était répété. Le rinçage exigeait de tordre et  de retordre le linge avant son égouttage. Un séchage au soleil était sensé tuer les derniers miasmes.

Quelques lavoirs isolés furent affectés aux linges souillés des malades contagieux, celui présent dans la localité profitant aux seuls habitants « sains ».

L’architecture :    En général des piliers de pierres ou de fonte, portaient un toit à une ou deux pentes en tuiles ou en lauzes. Le bord biseauté du bassin ramenait l’eau vers l’intérieur, épargnant les laveuses. Un mortier étanche en jointait les pierres de grand gabarit. Le trop plein suivait la pente douce du sol carrelé, caladé ou dallé. Une conduite en terre cuite ou en plomb l’évacuait à l’extérieur (fossé, abreuvoir ruisseau, champ, égout). Une purge permettait de vider les bacs afin de les curer.L’eau courante au domicile, les lessiveuses en zinc et surtout les machines à laver firent lentement oublier ces édifices. (Éliane Tougeron)

MOURIES

Un temps splendide pour cette dernière randonnée d’automne.

Les vingt-quatre randonneurs ont suivi,dans cette partie des Alpilles, un sentier à la flore très diversifiée jusqu’aux falaises blanches des « Caisses de Jean Jean » (Jehan fils de Jehan est le premier propriétaire connu de cette partie de Mouriès) et des « Caisses de Servanne » , en passant sur les crêtes du Castellas qui offrent des points de vue admirables.

Beaurecueil -le -Cengle

Un temps couvert mais doux pour cette jolie randonnée.

Au départ de Beaurecueil, les vingt-sept participants ont suivi une boucle qui leur a permis d’admirer de beaux panoramas sur la montagne de la Sainte Victoire puis sur la vallée de l’Arc et la montagne du Régagnas, avec la Sainte Baume à l’horizon.

Au retour, ils ont pu assister à un magnifique coucher de soleil que notre photographe a su parfaitement immortaliser.

LE GARLABAN

Un temps splendide pour cette superbe randonnée sans le Garlaban. Ce massif est visible dans une grande partie du sud du département des Bouches du Rhône. De Marseille à la vallée de l’Huveaune, de l’autoroute e Toulon à celle d’Aix-en-Provence, le rocher s’impose au regard.

Les dix randonneurs, tous très en forme, ont gravi 894 mètres de dénivelé dans la joie et la bonne humeur, récompensés à l’arrivée par le panorama magnifique qui s’est offert à leurs yeux.